Votre caisse est-elle déjà passée au numérique ? Questions et réponses lors du symposium de prévoyance 2018

Depuis quelques années, le symposium de prévoyance est devenu une manifestation incontournable pour la branche. Les 6 et 7 juin 2018, elle s’est tenue pour la première fois à la Messe Zürich à Oerlikon. Swisscanto Prévoyance SA et la Zürcher Kantonalbank y étaient représentées avec leur propre stand.

Les photos de cette manifestation figurent ici.

Nous y rencontrons Sonja Spichtig, Directrice des Swisscanto Fondations de placement. Quelle est l’évolution future qui la passionne le plus ? " Le numérique est un sujet majeur ", affirme Mme Spichtig. " Sur ce plan, certaines caisses sont déjà plus avancées que d’autres. Chacune doit trouver sa voie. "

A quoi pourrait ressembler la solution ? Nous le découvrons lors du premier discours, présenté par Yves Bongard de Neosi IT et Emanuel Rodrigues, directeur adjoint de consimo. Ils présentent ce qu’ils appellent une plateforme d’avenir moderne qui réunit salariés, employeurs et caisses de pension. Le système reproduit de façon transparente toutes les étapes du processus client. En outre, chaque application est adaptée aux spécificités de la caisse concernée.

Le numérique promet beaucoup : il doit rendre la communication plus efficace, l’administration plus simple et les processus plus individualisés. Mais toutes les caisses, loin de là, ne sont pas encore à même de numériser la totalité de leurs processus, en raison d’une part du faible degré de standardisation de la matière et d’autre part de sa complexité. En outre, les caisses de pension suisses sont actuellement gérées par plus de 100 systèmes informatiques différents. Réaliser une solution combinée à partir de ces nombreuses solutions individuelles est un travail de titan.

Reto Siegrist, Directeur de Swisscanto Prévoyance SA, incite les salariés à se responsabiliser : " Les destinataires doivent se pencher suffisamment tôt sur leur future situation de prévoyance. Ainsi, une personne d’environ trente-cinq ans qui envisage d’acheter une maison pour sa famille doit se demander concrètement combien elle pourra retirer lors d’un versement anticipé EPL et ce que cela changera à sa solution de prévoyance. Ou bien, pour une personne de cinquante-cinq ans qui veut prendre une retraite anticipée à 62 ans, la question majeure serait de savoir si sa rente future correspondra à son niveau de vie envisagé et donc à son budget ou si elle doit encore prévoir d’autres mesures. Pour ces deux situations, les systèmes numériques peuvent directement fournir au destinataire des chiffres extrapolés, mais ceux-ci ne seront utiles que si ces simulations mettent à disposition des données effectives de façon simple et rapide ! Je suis convaincu que ces offres numériques vont nettement aider les assurés à se pencher davantage sur les questions de prévoyance ! Réclamons les offres et utilisons-les ! "

La discussion sur ce sujet ne fait que commencer : c’est du moins aussi l’avis de René Raths, responsable des caisses de pension à la Zürcher Kantonalbank. " Mais je sais qu’il existe déjà quelques instruments très prometteurs pour le numérique dans le domaine de la prévoyance. Quoi exactement ? La réunion d’aujourd’hui va me l’apprendre. J’ai hâte de pouvoir suivre des exposés intéressants. Et de profiter de notre superbe stand ", ajoute M. Raths en riant. De fait, le stand commun de Swisscanto Prévoyance SA et de la Zürcher Kantonalbank est à la hauteur. Nous y relevons justement la présence de plusieurs clients et représentants de la branche, ce qui ne s’explique sûrement pas uniquement par les délicieux mini-muffins qui y sont servis.

Les photos du symposium de prévoyance de Zurich figurent ici.

Partager cet article :