Plus durable et plus numérique : la prévoyance face à des défis majeurs

Rapport des assemblées des investisseurs 2018 des Swisscanto Fondations de placement

Saint-Gall au top : l’hôtel Einstein de Saint-Gall a constitué un cadre idéal pour accueillir la 45e assemblée des investisseurs de Swisscanto Fondation de placement et la 12e assemblée des investisseurs de Swisscanto Fondation de placement Avant. La manifestation proprement dite a elle aussi été jugée très positive, grâce aux passionnants exposés techniques suivis d’une table ronde. Simultanément, le programme a été résumé visuellement avant que trois caricaturistes ne réalisent un souvenir bien particulier pour de nombreux invités.

Vous trouverez ici les photos de la manifestation.

M. Thomas Vock, Président du Conseil de fondation et responsable Asset Management de la Banque Cantonale Bernoise, souhaite la bienvenue aux invités avant de passer la parole à Roland Ledergerber, CEO de la Banque Cantonale de Saint-Gall, qui rappelle, dans ses paroles de bienvenue, que celle-ci a célébré ses 150 ans en 2018.

M. Thomas Vock, Président du Conseil de fondation et responsable Asset Management de la Banque Cantonale Bernoise

Sonja Spichtig, Directrice des Swisscanto Fondations de placement, présente un récapitulatif de l’exercice écoulé. Au 30 juin 2018, les Swisscanto Fondations de placement géraient une fortune s’élevant à 17,5 milliards de francs. Avec une part de marché de 13,8% en fortune nette, elles se classent en quatrième position dans la liste des plus grandes fondations de placement de la CAFP.

Sonja Spichtig, Directrice des Swisscanto Fondations de placement

L’ordre du jour est adopté pratiquement à l’unanimité. La principale modification lors de la révision du règlement de fondation porte sur l’introduction d’un représentant indépendant. Au bout de seulement 45 minutes, le Président du Conseil de fondation lève les deux assemblées des investisseurs en remerciant chaleureusement toutes les personnes présentes.

Les perspectives de marché sont ensuite présentées par Stefano Zoffoli, stratège en placements de Swisscanto Invest by Zürcher Kantonalbank.

Stefano Zoffoli, stratège en placements et responsable Multi-Asset Portfolio, Swisscanto Invest by Zürcher Kantonalbank

Celui-ci explique avoir connu une année échevelée. Même si les estimations conjoncturelles sont moins roses qu’il y a un an encore, M. Zoffoli n’escompte pas de récession, mais une croissance modérée allant de 1 à 3%, car la conjoncture repose sur une assise solide. " La consommation privée est durable ", affirme le stratège en placements. " Cela tient d’une part à la progression de l’emploi et d’autre part à l’endettement relativement faible des consommateurs. "

C’est également un tableau positif que brosse M. René Nicolodi, responsable Equities & Themes chez Swisscanto Invest by Zürcher Kantonalbank, en parlant des approches de durabilité dans les groupes de placement des Swisscanto Fondations de placement.

René Nicolodi, responsable Equities & Themes, Swisscanto Invest by Zürcher Kantonalbank

Il assure que les placements durables ne sont pas un emballement passager, mais une méga-tendance. Les chiffres l’attestent : " 400 milliards sont gérés en Suisse selon des critères de placement durables ", affirme M. Nicolodi. " Cela représente une hausse de 82% par rapport à l’année dernière. " Les caisses de pension, les fondations et les assurances se penchent de plus en plus sur ce thème depuis quelques années. Tout comme le législateur. L’initiative Minder, la stratégie de développement durable du Conseil fédéral ou le plan d’action actuel de l’UE sur la finance durable sont des exemples qui intègrent davantage les aspects de durabilité dans le domaine des placements, et cette tendance va se poursuivre. Swisscanto Invest assume un rôle de précurseur dans cette évolution. " La durabilité fait partie intégrante de notre processus de placement ", explique M. Nicolodi. " Avant d’investir, les listes noires veillent à éviter que le portefeuille puisse comporter des titres de producteurs d’armes ou d’entreprises pratiquant des activités commerciales controversées. En revanche, des domaines d’investissement importants tels que l’énergie, la mobilité, les ressources et les connaissances sont soutenus. "

Le fascinant orateur invité abordant " la manière d’aménager la transformation numérique " jette les bases de la table ronde qui suit. Le prof. Oliver Gassmann, professeur de gestion technologique à l’Université de Saint-Gall, identifie quatre moteurs principaux de la révolution numérique : la baisse des coûts de transaction, la hausse de la mobilité, la croissance exponentielle des données et l’amélioration des algorithmes. Mais plus de 30% des initiatives de numérisation dans l’entreprise échouent – principalement à cause de la résistance du personnel et de l’attitude des dirigeants. La pénurie de ressources constitue assez rarement un obstacle. " Le plus grand défi consiste à dissiper la crainte des collaborateurs d’être remplacés ", assure le prof. Gassmann. " Il faut encourager la compréhension, développer les compétences et créer des structures. " Penser à grande échelle, mais commencer petit, tel est le conseil qu’il donne aux personnes réunies.

Le prof. Oliver Gassmann, professeur de gestion technologique à l’Université de Saint-Gall

Karin Frei, rédactrice à la SRF, donne le coup d’envoi de la discussion en réalisant spontanément un sondage auprès des caisses de pension, des investisseurs et des conseils de fondation présents dans la salle : " Qui parmi vous se qualifierait d’innovant ? " Personne ne lève la main. Mais pourquoi donc ? Les institutions de prévoyance ne sont pourtant pas tout à fait aussi conservatrices qu’on pourrait le penser. C’est ainsi que Christoph Ryter, directeur de la caisse de pension de Migros, indique que les clients peuvent simuler en ligne leurs cas de prévoyance et que l’administration des assurés, elle aussi, se numérise de plus en plus. Dans ce contexte, la sécurité des données constitue un point décisif, précisément parce qu’il s’agit là d’informations particulièrement sensibles pour les caisses de pension.

C’est ce que confirme Markus Naef, CEO de SwissSign, une coentreprise qui permet aux sociétés offrant des services d’identité d’accéder en toute sécurité au monde en ligne : " Chez nous, les données d’identité et les données des utilisateurs sont systématiquement séparées. En outre, toutes les données restent entre les mains de la caisse de pension. " Davide Pezzetta, membre du Conseil des Swisscanto Fondations de placement, estime lui aussi que la sécurité des données pose un grand défi : " Nous y avons investi des ressources considérables ces derniers temps. " Mais dans quel domaine le numérique apporte-t-il une valeur ajoutée ? " Les transactions entre caisses de pension et clients ne sont pas extrêmement fréquentes ", explique M. Ryter. " Il serait plus important de créer des offres numériques en matière de conseils. Les assurés doivent pouvoir répondre à davantage de questions par eux-mêmes. " La formation scolaire pourrait d’ailleurs être utile à cet égard, en abordant davantage les questions de prévoyance – les participants à la discussion sont d’accord sur ce point.

La table ronde réunissant Markus Naef, Christoph Ryter, le prof. Oliver Gassmann, Davide Pezzetta et Karin Frei (de gauche à droite)

Après un débat fort intéressant, Sonja Spichtig remercie les intervenants ainsi que le public et laisse Christian Eggenberger, qui a consigné toutes les interventions en temps réel sur un tableau à feuilles mobiles, résumer les exposés de son point de vue. Ensuite, elle clôt la manifestation avec ses propres mots : " Le numérique offre une grande chance d’atteindre davantage de jeunes. Leur voix est importante. Il est inacceptable que les personnes de plus de 50 ans soient les seules à s’intéresser à ce sujet. C’est pourquoi je plaide pour que l’on intègre encore mieux la thématique de la prévoyance dans la formation scolaire. "

Les caisses de pension et les fondations de placement ont beaucoup à faire. La date prévue pour faire à nouveau le point a déjà été fixée : les prochaines assemblées des investisseurs auront lieu à Zoug le 25 octobre 2019.

Les photos des assemblées des investisseurs 2018 figurent ici.

Partager cet article :